Pull à torsades


Tricot / vendredi, janvier 31st, 2020
C’est avec une profonde fierté et un immense plaisir que je vous présente ce soir le dernier projet tombé de mes aiguilles : un pull-over à torsades et col roulé.

En plus de la couture, j’adore le tricot. C’est une façon de prendre du temps pour soi, de se ressourcer. C’est un peu une forme de méditation. Ne parle-t-on pas de tricothérapie ? Pour moi le tricot, ça doit être un moment de détente. Même s’il m’arrive parfois de m’embêter avec des nœuds (merci petit chat), un point complexe ou un rang trop serré.

Ce que je préfère, c’est le côté cosy que ça inspire. On s’installe confortablement, on prévoit une tasse de thé, on met un chouette film/série à la télé. Et voilà un petit moment bonheur.

Personnellement, je choisis quelque chose que je connais bien ou qu’il ne faut pass suivre trop attentivement. Comme ça, je peux me concentrer sur mes points sans pour autant perdre complètement le fil de l’histoire.
En fin d’année, les films de Noël sont tout indiqués. Un bon Love Actually reste quand même incontournable. 🤩

Le modèle

Je n’en parle pas encore beaucoup par  ici, mais je suis amoureuse des livres, sous toutes leurs formes. J’ai une collection de carnets et les romans, n’en parlons pas… Mais évidemment les livres de DIY ne font pas exception à cette « collectionnite » (on ne se refait pas). J’ai une bibliothèque complète dans mon atelier consacrée à mes livres de couture et tricot. Parmi ceux-ci, il y a Apprendre à tricoter ses vêtements et accessoires de Charlov., publié chez Mango.

De la même créatrice, j’avais déjà les 20 pulls tout doux à tricoter pour toutes l’année avec plusieurs modèles qui me plaisent. Mais pour les pulls, les laines fines me découragent encore un peu, et j’admire les tricoteuses qui se lancent dans cette voie.

Ce qui me plaît dans cet ouvrage pour débutant, c’est que Charlov propose des modèles simples, mais qui permettent vraiment de progresser. Je ne sais pas si je réaliserai tout parce que certains projets me parlent moins (les moufles et le chauffe-épaules notamment). Mais les quelques modèles de pulls et gilets, eux entreraient bien dans ma garde-robe.

Après la réalisation de mon pull Barnabé, j’ai eu envie de tricoter un second pull. J’ai littéralement craqué sur le pull à torsades, le dernier projet du livre de Charlotte Lerat, alis Charlov. Tout dans ce projet me plaisait (et m’a plu!) : du choix de la couleur à la ligne du modèle.
Ce qui m’a séduite dans ce modèle, c’est le côté confortable qui s’en détache, son moelleux. Mais aussi le détail des torsades (une nouveauté technique dans ma pratique du tricot) et le contraste avec le grand col roulé en côtes 1/1. Autre atout incontestable de ce modèle, il se tricote – selon le patron – avec des aiguilles 9 et 10 (j’ai finalement dû le refaire en 7 et 8 malgré 😱  un bon échantillon au départ). De grandes aiguilles annoncent généralement un projet rapide, et ça, personnellement, ça me motive.

La laine

Lors de ma visite au CSF à Paris en 2018, j’avais été surprise et tentée par les belles laines de la filature FONTY.

Les matières et les couleurs sont très belles, une très belle qualité de laine et beaucoup de choix.
J’avais alors déjà en tête la réalisation de ce pull-over à torsades et j’ai craqué pour leur laine FELLETIN : un fil bulky 100% Mérino. Pour la couleur, je suis restée sur celle du modèle et ai choisi un rouge légèrement passé.

Felletin est un chouette fil pour ce projet. Il a suffisamment de tenue pour une belle définition des côtes et des torsades. C’est en plus un fil très doux et agréable à travailler ; prévu pour être tricoté avec des aiguilles 8 ou 10, il était donc tout indiqué.

La réalisation

C’est là que ça se corse (comme disait Napoléon*) !
Bien que tous les ingrédients étaient réunis pour faire de cette envie un projet facile, ça n’a pas tout à fait été le cas. J’ai commencé mon pull au début du tournoi de Knittich (3e année) et je l’ai eu fini à la fin du tournoi. Mais malgré le fait que mon échantillon était bon avec les aiguilles 10, mon pull s’est avéré beaucoup trop grand à l’essayage final ! Quelle déception, je ne vous raconte pas (passage inexpliqué de la déception à une rage profonde, j’en étais presque aux larmes) !

Résultat, j’ai défait et recommencé à zéro (faire, défaire… 🙄), y compris l’échantillon, avec des aiguilles 8. Une fois mon échantillon bloqué et validé, j’ai repris mes aiguilles et suis repartie à l’assaut de ce pull à torsades rêvé.

Plus mon pull prenait forme et plus je craignais que cette fois il ne soit trop étroit. Frayeur qui s’est encore renforcée lorsque, après avoir bloqué une première fois les pièces (uniquement avec une vaporisation), j’ai assemblé le corps du pull. C’était trop serré, là j’en aurais vraiment pleuré. J’ai quand même poursuivit mon travail avec le col.

Quand j’ai eu terminé complètement, je le trouvais très beau, mais trop serré quand même. J’ai donc bloqué mon pull une seconde fois. Rien de tel qu’un bon bain ! Ce deuxième blocage, plus conséquent a fait des merveilles. Mon pull à torsades est tip-top comme je l’avais rêvé. Je ne vous dis pas le soulagement lorsque je l’ai enfilé après séchage complet (24h).

Après ces péripéties (si vous avez suivi jusqu’ici, j’ai eu plus ou moins la même chose avec Barnabé), je suis vraiment contente de ce nouveau pull cocon et surtout (!) de pouvoir porter mon pull à torsades. Je n’ai d’ailleurs reçu que des compliments pour celui-ci depuis. Alors, rien que pour le plaisir, je vous partage les photos.

***

Modèle : le pull à torsades du livre Apprendre à tricoter ses vêtements et accessoires de Charlov.
Laine : Felletin, bulky 100% Merino, Fonty

***

Avez-vous déjà aussi rencontré de telles déconvenues en tricot (ou en couture) ? Ce sont-elles bien finies ? Racontez-moi.

 

A très vite, bises,

Stéphanie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.